Sorare, machine à cartes et à sous

C’est le nouveau phénomène hors terrain de la planète football. Même si encore très francophone, Sorare a clairement fait son trou ces derniers mois, pour atteindre aujourd’hui la fatidique barre des 100 000 joueurs. Tour d’horizon d’une plateforme révolutionnaire qui pourrait bien cacher quelques dangers.

Sorare, qu’est ce que c’est ?

Les managers, c’est le nom donné à chaque joueur formant son équipe de cinq cartes. Ces cartes elles-mêmes sont basées sur la technologie blockchain de l’ethereum. La valeur de cette cryptomonnaie, une fois convertie, détermine le prix en euro d’une carte. L’acquisition de cartes se fait selon un système d’enchères auquel tous les managers peuvent participer. Les prix vont varier en fonction des performances des joueurs sur le terrain et seront également soumis au modèle économique de l’offre et la demande. Mais on y reviendra un petit peu plus tard.



Ici, on peut gagner de l’argent en mettant des cartes en compétition. Depuis quelques mois maintenant, Bertinho, joueur Sorare, propose des services de data, scouting, analyse et trading aux débutants qui le souhaitent. Il résume très simplement le concept : “le but est d’aligner 5 joueurs afin de scorer le plus de points possibles et viser les récompenses”.
Sorare appuie notamment sur un point, aussi visé par le secteur des paris sportifs : l’utilisation des connaissances footballistiques dans le but de faire du profit. Theo, présent sur la plateforme française depuis plusieurs mois, confirme que “quand j’ai entendu parler de Sorare, je n’ai pas attendu longtemps avant de rentrer dedans, car pouvoir utiliser ses connaissances liées à une passion pour gagner de l’argent tout en s’amusant c’est juste génial.” C’est le postulat de Sorare, destiné à tout un segment de population, obnubilé par le foot : vous suivez un sport, vous le connaissez parce que vous engrangez du contenu tous les jours, venez donc gagner de l’argent grâce à vos connaissances. En plus, vos recherches sur le jeu vous feront gagner en culture foot. Bertinho nous expliquait que les connaissances foot étaient “clairement un plus quand on débute sur le jeu”, puisque qu’elles permettent d’avoir un avis sur beaucoup de joueurs, et de ne pas tomber dans les pièges et bourbiers de certains championnats ou équipes en déliquescence. Le tout en ajoutant que “si le jeu n’était pas lié au football je pense en effet que j’aurais eu plus de mal à me lancer, ou du moins j’aurais passé bien moins de temps à me renseigner sur le jeu et ses opportunités”. Sorare s’attaque donc au marché des amoureux et connaisseurs du football, et ce n’est clairement pas difficile d’en trouver, surtout en Europe occidentale.

L’explosion.

Si Sorare attire aujourd’hui toute l’attention, c’est que la plateforme a vu grimper en flèche son nombre d’utilisateurs ces derniers temps. Et à en croire Analyscout, scout football sur Twitter désormais manager Sorare, ce n’est pas prêt de s’arrêter : “C’est vrai que le nombre de joueurs explose depuis plusieurs mois, et l’arrivée possible de la Premier League (championnat de première division anglaise) devrait accentuer le phénomène.
Au-delà des managers, la mayonnaise a aussi prise du côté des personnages publics. Les youtubeurs et influenceurs abordant le sujet ont pullulé, à l’image de Wiloo, déjà partenaire Unibet notamment, qui a lancé une série sur Sorare. Même les médias s’y mettent, notamment via des articles sponsorisés par le jeu lui-même, comme L’Équipe. Sans surprise, les footballeurs se sont pris au jeu : si on sait qu’ils ont interdiction de s’adonner à l’addiction des paris sportifs, rien n’est encore réglementé concernant Sorare. Certains, dont Antoine Griezmann ou Romain Hamouma (Saint-Etienne), se sont donc lancés sur la plateforme. Serena Williams est récemment devenue partenaire de la plateforme française. Pas si étonnant que cela pour une tenniswoman quand on sait que Nicolas Julia, le boss de l’entreprise, souhaiterait s’étendre à d’autres sports, et en premier lieu le tennis. Rappelons que ce dernier a aussi obtenu une levée de fond de plus de 600 millions d’euros -qui avait d’ailleurs fait grand bruit- afin de licencier l’ensemble des clubs de Premier League sur Sorare, comme susmentionné.

À LIRE : Le football, nouvel eldorado des cryptomonnaies ?

Mais alors, pourquoi Sorare attire-t-il autant ? Combiner football, jeu d’argent, concept fantasy et cryptomonnaies serait donc la bonne formule… Thork et Monaco76, ambassadeurs Sorare, nous éclairent sur les raisons de ce boom : “Sorare c’est le trading mais pour les passionnés de sport. Le trading brut paraît compliqué et inaccessible à une assez grande partie de la population, qui a l’impression de s’y perdre ou de ne pas savoir ou mettre des placements, quand les retirer etc. Sorare est sensiblement la même chose, mais permet aux fans de foot de le faire comme s’ils jouaient à FUT sur FIFA”.

Un système déjà en péril ?

L’explosion du nombre de joueurs s’est aussi répercutée sur les prix. Le manager dénommé Le Rambeur nous confiait “si tu étais sur le jeu à ses débuts, tu es riche aujourd’hui”. Oui, les prix ont implosé, en témoignent les ahurissants 609 000 euros déboursés par un manager pour s’offrir les services de la carte d’Erling Haaland, le prodige norvégien. À titre d’exemple, la carte de Kylian Mbappe, au niveau de rareté similaire, s’est vendu à 54 000 euros il y a deux mois. Sur cet intervalle de temps, le prix d’une carte aurait donc été multiplié par 12. Valentin Trincon, qui investissait déjà dans les cryptomonnaies avant de se lancer sur Sorare, constate également cette flambée : “les prix sont déjà très élevés par rapport au début du jeu, qui a 9 mois seulement. Sur Sorare Data (base de données sur chaque joueur Sorare) on peut observer les graphiques de prix et on voit cette courbe qui monte et qui monte.



Au-delà des sommes astronomiques concernant les tops joueurs européens, encore plus important pour Sorare, cette hausse des prix a aussi et très largement touché les joueurs dits plus moyens, ceux visés et achetés par la grande majorité des managers, ceux aux budgets davantage restreints. Comment expliquer ce phénomène ? Simplement par la loi de l’offre et la demande. Sorare est basé sur des NFT, soit des objets originels, non duplicables, au nombre limité. Chaque joueur possède quatre niveaux de rareté différents en ce qui concerne ses cartes. Prenons un exemple : Kylian Mbappé est disponible en carte Limited (1000 exemplaires), Rare (100 exemplaires), Super Rare (10 exemplaires) et Unique (1 exemplaire). Le prix d’une carte Limited se situe autour des 5000 euros. Comptez 150 000 pour une version Super Rare. Sa rareté fait son attractivité sur le marché. Ceci étant dit, pourquoi les prix montent de plus en plus ? Si le nombre de cartes n’évolue pas, les NFT n’étant pas copiables à l’infini, le nombre de managers lui grandit de manière exponentielle. La demande de carte explose, mais l’offre elle, ne progresse pas, et forcément, c’est tout le marché qui connaît une inflation.

Sorare va devoir s’adapter pour accueillir les nouveaux joueurs potentiels et éviter des prix trop élevés qui fermeraient les portes aux petits budgets. Pour régler le problème, dupliquer les cartes est impossible parce que ça perdrait totalement le principe d’achat de NFT, mais ils pourraient mettre en place une toute nouvelle rareté de cartes pour en mettre davantage sur le marché.

Le Rambeur

Cette inflation pourrait bien être un danger pour tout l’écosystème Sorare, qui essaye depuis toujours de se prévenir d’une image élitiste. Pourtant, une hausse du prix des cartes est forcément synonyme d’une gentrification de ses managers. Et ça, Sorare souhaite l’éviter à tout prix. Se séparer de managers plus modestes, c’est se séparer de l’immense majorité de joueurs potentiels. Grégoire Deveaux, autre manager, qui ne connaissait pas le monde des cryptos à l’aube de l’aventure Sorare, enchaîne : “On est unanime dans la communauté Sorare pour dire que si la Premier League arrive, ce phénomène va encore s’accentuer. Avec encore plus de joueurs, il y aura plus de managers que de cartes intéressantes sur lesquelles investir, donc forcément leurs prix vont encore monter. C’est possible que beaucoup de gens soient contraints de faire de l’achat/revente parce qu’ils ne pourront plus se permettre de viser des cartes utilisables en compétition.

Sorare, ennemi des paris sportifs ?

Toujours selon Grégoire, “ça a totalement remplacé les paris sportifs. C’est une vision plus mature, plus long terme.” : si l’avenir de Sorare semble flou à l’instant T, les cartes de foot NFT sont une réelle alternative au gambling. Contrairement aux paris, il n’y a pas cette “boule au ventre, cette envie de retrouver tout de suite ce qui a été perdu”. En quelque sorte sur Sorare, on ne peut pas tout perdre d’un coup, et il y a toujours l’espoir qu’une carte retrouve la valeur qu’elle vient de perdre il y a quelques jours. Mais attention, si elles semblent avoir leurs avantages, les cryptos restent un monde fluctuant et flou.
La communication de Sorare sur ces dangers est d’ailleurs très légère. Sur la page d’inscription du site, il n’y a aucun message d’avertissement. Grégoire confirme que “des cas autour de moi ou ça s’est produit : à chaque fois qu’ils pensent voir une affaire ils vont l’acheter, finalement c’est comme s’ils réinvestissaient de leur propre poche à chaque fois. Pour quelqu’un qui irait les yeux fermés c’est très dangereux. Je pense notamment aux influenceurs comme Wiloo, qui s’est lancé là-dedans alors qu’il a une immense communauté, très jeune en plus”. On peut donc souhaiter que Sorare affiche davantage de messages de prévention vis-à-vis des dangers de la crypto. En 2022, c’est encore un monde très peu réglementé, globalement tabou, que seules certaines personnes maîtrisent réellement…

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.