« Je ne vois pas vraiment d’autres clubs similaires en Europe et dans le monde » : Nordsjaelland, la différence comme mot d’ordre

En prologue du futur papier qui sortira sur le sujet en fin de semaine, nous avions envie de vous faire découvrir Nordsjaelland de la bouche d’une personne qui connait le club comme sa poche, en guise d’introduction finalement. Rencontre aujourd’hui avec Simon Bullock, animateur du podcast « In Off The Pod », scout pour « The PFSA – Football Scouting Experts » et rédacteur en chef de Nordsjaelland 360, qui couvre et suit le club danois au quotidien.

En quelques mots, comment décririez-vous Nordsjaelland à un non-initié ?

Le FC Nordsjaelland est un club danois basé à Farum évoluant en 3F Superliga. Il possède un projet unique, puisqu’il à l’effectif le plus jeune de plus grands championnats d’Europe, l’idée étant que ces joueurs vont se développer au sein du centre de formation du Nordsjaelland ou au sein de la Right To Dream, puis performer en championnat avant d’être vendus pour une somme la plus large possible après 100 matchs joués. Cet argent est réinvesti dans les académies pour former toujours davantage de talents, de cette façon le FCN va grandir d’années en années, mais c’est un processus très long.

D’un point de vue extérieur, comment s’est déroulé le développement du club depuis 20 ans ?

Il a été bon. Le club a remporté sa première Superliga en 2011-12 et depuis que Tom Vernon et Right to Dream ont racheté le club fin 2015, le FCN a atteint les play-off chaque saison, ce qui est une sacré réussite pour le club. Cette saison, il semble qu’il sera difficile d’assurer une place dans le top 6, mais je ne l’exclurais pas. À l’avenir, je serais surpris qu’il soit possible de gagner la Superliga en dirigeant le club de cette manière, car il est très difficile de rivaliser avec Brondby et Copenhague de cette façon. Pour l’instant, la prochaine étape devrait être d’assurer une autre place en play-offs et, à partir de là, peut-être de travailler pour se qualifier pour l’Europa Conference League.

Pour vous, est-il réaliste d’espérer gagner un championnat avec une équipe aussi jeune ?

Maintenant, cela semble effectivement irréaliste. C’est un peu frustrant parce qu’au fil des ans, le FCN a eu les joueurs capables de rivaliser avec les meilleurs, mais ils ont toujours été vendus à la première occasion. Cette saison est difficile, car avec la perte de Kamaldeen Sulemana, personne n’a réussi à remplacer ses buts et ses passes décisives, et il y a eu quelques problèmes dans les buts depuis le départ de Peter Vindahl Jensen cet été. Il a toujours été difficile de remplacer ces grands talents lorsqu’ils partent, et cette saison l’a montré. Il y a de grands talents au club, mais ils ne sont pas encore assez matures pour pouvoir viser un titre.

Le club ne connaît plus les joutes européennes depuis quelques années, l’objectif d’y retourner est-il réalisable à court terme ? L’effectif actuel a-t-il les qualités pour le faire ?

L’équipe actuelle a les qualités pour se battre pour l’Europe à court terme, la question est de savoir si l’équipe sera maintenue ensemble assez longtemps pour que cela se produise. Dans quelques années, des joueurs comme Andreas Schjelderup, Simon Adingra et Oliver Villadsen seront plus qu’assez bons pour jouer à ce niveau, mais il est fort probable qu’ils auront été vendus d’ici là.

Si le FCN gardait ces joueurs pour une saison de plus, il aurait probablement de meilleures chances de gagner quoique ce soit, mais en faisant cela, il bloquerait la route d’autres jeunes talents, c’est donc un peu une arme à double tranchant.

Le recrutement se fait-il sur certaines caractéristiques des joueurs selon vous ?

Le recrutement commence à un très jeune âge, puisque les joueurs sont pris dans les académies du FCN et de la RtD dès leur enfance. Le club est également très actif lorsqu’il s’agit de recruter de jeunes joueurs d’autres pays scandinaves.

On a des exemples avec Andreas Schjelderup, Oliver Antman et Leo Walta. Ces joueurs sont souvent arrivés au FCN après avoir fait plusieurs apparitions en équipe première. Schjeldeup n’avait pas joué pour Bodo/Glimt avant de partir pour le FCN, mais il était à l’essai dans tous les meilleurs clubs d’Europe, donc son nom était connu de tous. Les joueurs plus âgés qui rejoignent le club ont tendance à être recrutés pour leur expérience en Superliga et leurs qualités de leader, car elles sont essentielles lorsqu’on joue avec un groupe aussi jeune.

Nous avons vu l’arrivée récente de Marxen en provenance des Randers, 31 ans. Comment expliquer ce type de transfert plutôt inhabituel ?

Il est inhabituel dans le sens où il n’est pas le type de joueur que le FCN recherche habituellement, mais il y a eu des signatures comme lui dans le passé. Le capitaine du club, Kian Hansen, a rejoint le club à l’âge de 30 ans et est un élément essentiel de l’équipe de par la façon dont il la dirige. La saison dernière, le FCN avait Mikkel Rygaard au milieu de terrain, qui avait joué environ 250 matchs au moment où il a rejoint le FCN, donc la signature de Marxen a du sens. En l’absence d’Hansen, la défense est très inexpérimentée et après le départ d’Ulrik Yttergard Jensen l’été dernier, il n’a pas vraiment été remplacé, donc Marxen devrait s’intégrer parfaitement à l’équipe.

Large question, mais comment sont gérées les équipes de jeunes ?

Dans l’académie, il y a des équipes U19, U17 et toutes les catégories d’âge en dessous, ainsi qu’un championnat pour les joueurs en marge de l’équipe première. Elles jouent toutes dans des ligues et sont très compétitives étant donné la force de l’académie du FCN. Right to Dream joue des matchs au Ghana, mais aussi dans le monde entier, ce qui contribue à développer les joueurs dans ce système. Une fois qu’ils ont 18 ans et qu’ils sont en âge de venir en Europe, ils sont généralement intégrés à l’équipe U19 pour une saison avant d’être promus dans l’équipe première. C’est un très bon système, qui a profité au FCN et à l’équipe nationale danoise au fil des ans.

Comment se fait le lien entre les jeunes et l’équipe pro ?

C’est aussi simple que cela : impressionnez au sein de l’équipe U19 et vous gagnerez une place dans l’équipe première et si vous jouez bien pour l’équipe première, vous garderez votre place dans l’équipe. L’entraîneur Flemming Pederson a lui-même été entraîneur pendant six ans au sein de l’académie, il n’y a donc pas de meilleur homme pour ce rôle que lui. Les joueurs peuvent également redescendre dans les équipes jeunes de l’académie s’ils ne jouent pas dans l’équipe première, donc c’est assez fluide et un excellent moyen de faire jouer chaque joueur le plus possible.

En parlant de liens, qu’en est-il de l’Académie Right To Dream ? Il a été question d’une extension (avec une section féminine) en Egypte, où en est-on avec ce projet ? Cette académie fait-elle de Nordsjaelland un club différent ?

L’académie Right to Dream en Egypte a été annoncée au début de l’année et c’est encore en « work in progress« . Il faudra probablement une dizaine d’années avant que cela ne commence à se voir, car il faudra mettre en place l’infrastructure, identifier les talents et les faire passer par le système RtD dès leur plus jeune âge. Lorsqu’elle sera achevée, elle sera sans aucun doute l’une des meilleures académies du monde, car l’Égypte et les régions environnantes constituent un marché inexploité, mais il faudra des années avant que l’un de ses joueurs ne soit capable de s’imposer dans l’équipe première de Nordsjaelland.

Un petit pronostic sur les jeunes qui pourraient éclore dans les prochains mois et partir à l’étranger ? Est-il trop tôt pour Andreas Schjelderup ?

Personnellement, je pense qu’il est trop tôt pour qu’Andreas Schjelderup parte à l’étranger et je ne pense pas qu’il le fera. De l’équipe actuelle du FCN, c’est probablement lui qui a le plus de potentiel, mais il ne joue pas encore assez régulièrement pour pouvoir partir à l’étranger et faire la même chose, et c’est bien parce qu’il n’a que 17 ans et que cela viendra avec le temps. Quelques-uns des joueurs les plus expérimentés sont prêts. Les milieux de terrain Jacob « Jaxe » Steen Christensen et Magnus Kofod Andersen ont tous deux plus de 100 matches à leur actif et sont prêts à franchir le pas. Mohammed Diomande et Simon Adingra sont également très performants et seront surveillés par les clubs, mais pour l’instant, je dirais que Schjelderup est le prochain joueur qui pourrait partir à prix d’or vers l’étranger.

Quelle est la recette pour développer et faire éclore de jeunes joueurs comme Kudus et Kamaldeen ?

Il y a beaucoup de choses qui entrent en ligne de compte. Tout d’abord, ils ont tous les deux un talent naturel, ce qui est toujours utile lorsqu’on joue au plus haut niveau…Le mérite revient en grande partie à Right to Dream pour l’encadrement de Kudus et Kamaldeen depuis leur plus jeune âge, jusqu’au moment où ils ont rejoint le FCN. A partir de là, le club a fait un travail fantastique pour les développer et leur donner l’opportunité de montrer ce dont ils sont capables en Superliga. Les deux joueurs sont devenus des éléments essentiels de l’équipe, et il est devenu clair assez tôt qu’ils étaient trop grands pour Nordsjaelland, et ils ont tous les deux mérité leurs transferts parce qu’ils ont travaillé assez dur pendant qu’ils étaient au FCN pour gagner leurs places à l’Ajax et à Rennes, où les deux performent.

Pour vous, Nordsjaelland va-t-il se rapprocher d’un grand club européen, comme Midtjylland peut le faire avec Brentford par exemple ? N’avoir qu’un seul club en Superligaen, n’est-ce pas comme s’enfermer en prison ? Nous savons qu’il est assez difficile de se montrer sur la scène européenne en venant de ces ligues mineures.

Il a été question à un moment donné de s’affilier à un club anglais, mais cela n’est jamais allé plus loin que cela. J’aime à penser qu’à l’avenir, un autre club entrera dans le giron de Right To Dream, parce que dans quelques années, lorsque l’académie égyptienne sera opérationnelle, il y aura des joueurs de là-bas, du Ghana et du Danemark, qui essaieront tous d’entrer dans le même XI de Nordsjaelland, ce qui créera un certain goulot d’étranglement parce qu’ils ne pourront pas tous passer. Donc un lien avec un autre club pourrait être bon parce que cela donnera à ces joueurs plus de chances de percer. Le problème est alors de décider quels joueurs vont dans quels clubs, mais ce n’est pas encore quelque chose auquel le club pense encore actuellement. C’est peut-être une bonne idée de s’associer à un autre club, mais pour l’instant, toute l’attention et les efforts sont consacrés au développement des meilleurs joueurs possibles en interne et au RtD.

Au début de la dernière décennie, l’actuel entraîneur de la sélection danoise, M.Hjulmand, entraînait Nordsjaelland : voyait-on déjà les prémices de ce que l’on peut observer aujourd’hui avec le Danemark ? Et en général, y a-t-il une touche Nordsjaelland que l’on peut observer entre les différentes équipes du club ?

Lorsque Kasper Hjulmand était au club, il était clair qu’il était destiné à de grandes choses dans son rôle de coach et c’est formidable de voir ce qu’il a fait avec le Danemark. En ce qui concerne la patte Nordsjaelland, au niveau social, le club fait un gros effort pour éduquer les joueurs sur les questions non sportives et des choses comme ça dès le début de leurs jeunes carrières. Les joueurs de l’académie du FCN vont régulièrement au Ghana et jouent avec Right to Dream et vice-versa, de sorte que lorsqu’ils se retrouvent dans l’équipe première, ils soient déjà plus familiers avec leurs coéquipiers. Ces joueurs apprennent à connaître d’autres cultures et d’autres modes de vie et je ne vois pas vraiment d’autres clubs similaires en Europe et dans le monde.

En savons-nous plus sur les futurs projets du club ? De la RtD Academy ?

A part l’académie égyptienne, il n’y a pas vraiment d’autres news apportées par Nordsjaelland. Beaucoup de fans aimeraient que le club communique un peu plus et dise quels sont les objectifs à long terme du club, car actuellement il est assez frustrant d’assister seulement aux petits progrès réalisés, des joueurs vendus et puis retour à la case départ une fois de plus chaque saison, mais on ne sait pas si tout cela va arriver un jour. Pour l’instant, il s’agit simplement de poursuivre le processus en cours depuis environ cinq ans et, espérons-le, de voir les résultats sur le terrain s’améliorer à court terme.

Nordsjaelland est-il un club « facile à atteindre » dans les médias ?

Je dirais que oui. Le club est actif sur toutes les formes de médias sociaux et le contenu qu’il produit est de grande qualité. Les matchs peuvent être regardés au Royaume-Uni, ce qui est très utile pour moi. Je ne vois pas ce qu’ils pourraient faire de plus pour être plus facilement accessibles. Pour devenir plus grand public, je suppose qu’ils devraient se qualifier pour l’Europe, puis espérer attirer un grand club qui attirerait les regards sur l’équipe, comme NS Mura et Tottenham Hotspur en Europa Conference League cette saison, mais jusqu’à ce que cela arrive, je pense qu’ils resteront probablement au niveau où ils sont maintenant.

Une réflexion sur “« Je ne vois pas vraiment d’autres clubs similaires en Europe et dans le monde » : Nordsjaelland, la différence comme mot d’ordre

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.