Des sourires à la Beaujoire, un FC Nantes en phase de renouveau ?

Victorieux vendredi dernier dans son antre, après une remontée fantastique face à un RC Lens assez apathique (3-2), le FC Nantes semble aller mieux. Avant le dernier match de la saison, chez la lanterne rouge stéphanoise, le club a réussi à gagner plus de confiance sous la houlette d’un Antoine Kombouaré rarement aussi comblé de louanges par la presse. Un an après des manifestations sous tension devant la Beaujoire, alors que le club jouait les petits rôles en appelant même le banni Domenech à quitter son exil pour coacher quelques mois les troupes, quel constat pouvons-nous faire de la situation actuelle du club ? Quelques éléments de réponse.

Une équipe joueuse et trouble-fête.

La première définition d’un club est le terrain et son classement. Le FC Nantes est à sa place cette saison, en comparant aux autres équipes et aux vues des résultats. L’année passée, le FC Nantes était également à sa place pour des raisons extra-sportives et malsaines pour les joueurs, sans pour autant les dédouaner.

L’intersaison a été capitale : zéro départ majeur mis à part Imran Louza, parti à Watford. Antoine Kombouaré, arrivé en février, a pu s’appuyer sur le même effectif qui a maintenu le club en y ajoutant un énième gardien de but, Rémy Descamps, et un ailier percutant et rapide, Osman Bukari. Les cadres de l’effectif (Lafont-Pallois-Chirivella-Blas) sont restés, peut-être à contre-coeur, mais ils sont là. Et Antoine Kombouaré leur donne de nouveau goût au football. Plus offensif et plus tranchant, les Canaris ont inscrit 24 buts en 18 matchs de championnat, une première depuis l’exercice 2018-2019 (26 buts) et soit 6 buts de plus que la saison passée.

Le front offensif nantais est beaucoup plus performant cette saison : Moses Simon se place troisième au classement des passeurs avec 6 caviars, derrière Jonathan Clauss (7 passes décisives) et Kylian Mbappé (8). Même, le Nigérien a créé 7 occasions franches cette saison, autant que Lionel Messi ou Burak Yilmaz. Ludovic Blas, quant à lui, a retrouvé son ancien coach avec un peu plus d’entrain et de maturité. Résultat : une saison déjà bien pleine. L’ancien Guingampais a déjà inscrit 7 buts et délivré une passe décisive, dépassant son total de la saison passée à la même journée. Pour Randal Kolo Muani, le joueur explose encore cette saison avec 6 buts et 2 passes décisives.

Mais pour ne pas parler des statistiques, on ne s’ennuie pas en regardant Nantes. Même face au Paris Saint-Germain, les Canaris n’ont pas faibli. Il faut reconnaître un renouveau sur le terrain. D’autant que défensivement, Andrei Girotto est devenu un vrai pilier de cette défense et du championnat. Déjà deux fois dans l’équipe-type de la journée par le journal L’équipe, 32 tacles réussis sur 53 tentés (un total de 60% de réussites) et 24 tirs tentés, la plupart sur corner. Andrei Girotto est un véritable atout pour Antoine Kombouaré, qui peut également compter sur une perle arrivée au club sans faire de bruit : Pedro Chirivella. l’activité à la récupération de ce joueur est un pur régal et ce n’est pas étonnant de voir quelques recruteurs de clubs de Liga s’intéresser au profil. Wylan Cyprien, un peu en sous-régime à son arrivée, a trouvé son rythme. Ce club a tout pour être un trouble-fête et une équipe difficile à jouer. Les Nantais sont exquis cette saison et ça va aussi avec une ambiance “plus” saine hors terrain.

L’extra-sportif moins présent, les maux sont-ils soignés ?

Après le maintien acquis sans public, hostile comme l’a affirmé Abdoulaye Touré devant Tallaron, la nouvelle saison s’est lancée à la Beaujoire sans campagne d’abonnements. La raison : la situation sanitaire empêchait, selon un communiqué du club, d’engager les supporters à venir à chaque match. Si seulement les clubs de Ligue 1 n’avaient pas tous lancé une campagne d’abonnement, peut-être que cette excuse serait passée. Il faut regarder plus loin. Le FC Nantes enregistre une baise des abonnements depuis la saison 2016-2017. La première saison, 8 778 supporters avaient pris leurs abonnements et ce chiffre stagne jusqu’à la saison 2016-2017, finie en apothéose avec Sergio Conceiçao, et les quelque 8 800 abonnés. En 2018-2019, soit deux ans plus tard, le nombre d’abonnés atteint un triste record : 7 141 abonnés, soit le plus faible total du club depuis l’inauguration de la Beaujoire. Après les déboires nantais et les tentatives de Waldemar Kita d’inscrire son nom plus haut que l’institution (projet de stade avorté, centre d’entraînement délocalisé à 50 kilomètres de Nantes, perquisition au centre d’entraînement de la Jonelière), le club avait peut-être peur, avec le maintien difficile de la saison passée, de voir le nombre d’abonnés baisser. Quelques mois plus tard, en voyant une possible saison moins cauchemardesque, le club lance une campagne d’abonnement en pleine saison. Contre-temps symptomatique d’une mauvaise gestion.

A LIRE – La gestion problématique des clubs français par certains présidents.

En interne, les Mogi Bayat and Co. sont toujours en place : Osman Bukari et Rémy Descamps ont comme agent Mogi Bayat et ce dernier a été le seul intermédiaire dans le transfert d’Imran Louza à Watford. Bizarre ? Étrange ? Sûrement. Ne serait-ce que la proposition de prolongation de contrat faite à Randal Kolo Muani, véritable espoir du football français, à qui le club a proposé deux ans de plus et une hausse salariale s’il accepte Mogi Bayat comme agent. Pas du goût du joueur formé au club, qui a même annoncé vendredi, après son doublé, qu’il quitterait le club d’ici la fin de saison. Voici une liste des jeunes joueurs sortis du centre de formation depuis la remontée en Ligue 1 : Jordan Veretout, Léo Dubois, Valentin Rongier, Imran Louza, Amine Harit, Randal Kolo Muani et maintenant le jeune Quentin Merlin. Beaucoup d’entre-eux sont internationaux aujourd’hui, et ils l’ont été après avoir quitté le club. Le FC Nantes n’est pas considéré et n’est plus regardé. La gestion d’effectif lunaire et la lumière jaunâtre qui éclaire le club ne permet pas l’épanouissement des jeunes au club. De plus, beaucoup de joueurs arrivent en fin de contrat cet été. L’heure du renouveau pour un club mythique ?

Le Collectif nantais et un autre fond d’investissement, dont on ne connaît pas encore le nom, discutent en ce moment pour proposer à Waldemar Kita un projet de rachat. Les supporters nantais attendent de revenir au moins à des bases plus saines et une Beaujoire “nantaise”. L’antre des Canaris est, depuis des années, le lieu de rassemblement de milliers de fans marseillais, parisiens, lyonnais ou même rennais, de la région. La faute à qui ? Probablement à un club ayant abandonné ses traditions et l’image qu’il renvoyait il y a déjà plus de quinze ans. Beaucoup de supporters souhaitent une fin d’éclipse. Vendredi, John Miles, décédé durant la semaine, a eu le droit à un hommage à la Beaujoire avec Music qui a retenti de nouveau dans les travées de la Beaujoire. Une première depuis plus de dix ans pratiquement. Le tarif maison de 3 buts a été respecté et la Brigade Loire a pu rendre hommage à l’un de ses fidèles dignement. On rêve de plus de soirées comme celles-ci à la Beaujoire avec un projet sportif et, surtout, local bien défini. Les revendications de l’année dernière n’ont pas disparu et sont même aujourd’hui bien ancrées dans les esprits.

Le peuple nantais, toujours amoureux de son club, souhaite revoir son club titiller les gros du championnat, si le top 6 est injouable, à domicile et que les supporters marseillais, rennais ou autres ne se sentent pas chez eux à la Beaujoire. Retrouver le succès ne sert à rien si il est éphémère et illusoire, si les valeurs d’un club ne sont pas respectées. Voici les mots d’ordre à Nantes : patience et collectif. Nantes patiente pendant que le Collectif nantais cherche à intégrer le club.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.