Santi Cazorla, le romantique miraculé

Nombreux sont les joueurs qui ont vu leurs carrières brisées par les blessures et leurs rêves s’envoler sans jamais vraiment s’en relever. Santi Cazorla aurait pu faire partie de ceux-là. Trahi par son corps, le milieu de terrain espagnol a vécu l’enfer entre 2016 et 2018 en passant 636 jours écartés des terrains avant de faire un retour remarqué et très réussi à Villarreal qui lui permettra même d’être rappelé en sélection espagnole alors qu’il était déjà âgé de 34 ans. Retour sur la carrière du miraculé Santi Cazorla.

Une très bonne et prometteuse première partie de carrière.

La carrière de Cazorla débute à Villarreal son club formateur lors de la saison 2003-2004, alors âgé de 18 ans, l’espagnol ne disputera que 65 minutes durant cette saison. Son rôle et son importance seront de plus en plus accrue au fil des saisons, et lors de l’exercice 2007-2008, après un passage remarqué la saison précédente à Huelva, Cazorla est un élément majeur de Villareal. Il dispute 36 matchs de Liga pour 5 buts et 9 passes décisives. Cette bonne saison lui permet de faire partie de la liste de Luis Aragones pour disputer l’Euro 2008 sous les couleurs de l’Espagne. Dans une sélection espagnole très chargée en termes de milieu de terrain (Xavi, Iniesta, Senna, David Silva, Xabi Alonso, Fabregas…) Cazorla arrive à tirer son épingle du jeu lors de ses entrées ou il fait au moins jeu égal avec Iniesta et David Silva notamment lors des premiers matchs de poule.

Santi Cazorla of Spain during the Group D, UEFA EURO 2008 match between Sweden and Spain at the Tivoli NEU Stadion in Innsbruck, Austria. (Photo by ben radford/Corbis via Getty Images)

Petit gabarit, vif, à l’aise avec le ballon Cazorla correspond au profil du joueur beau à voir jouer. Rien de superflus, mais tout ce qu’il fait est juste et va dans le sens du jeu. Alors âgé de 23 ans, Cazorla devient champion d’Europe et se place comme l’un des grands espoirs de cette génération espagnole qui détruira tout sur son passage entre 2008 et 2012. Sa progression n’est néanmoins pas celle que l’on espérait les saisons suivantes. Une blessure au péroné en 2008-2009, puis une déchirure aux abducteurs la saison suivante lui font manquer quelques matchs. Il en dispute seulement 24 en championnat lors de la saison 2009-2010 avec un rendement plutôt décevant ce qui pousse Del Bosque à se passer du maître à jouer pour la coupe du monde 2010 que l’Espagne remportera sans Cazorla. Il ne se laisse pourtant pas abattre et rebondit dès la saison suivante en réalisant une saison pleine avec 36 matchs de championnat disputés menant Villareal à la 4ème place du championnat, le tout accompagné d’une magnifique campagne d’Europa League qui verra le sous-marin jaune stoppé en demi-finale par le futur vainqueur de la compétition, le FC Porto. Fort de cette saison, Cazorla intéresse de nombreux clubs, il est alors transféré pour 23 millions d’euros à Malaga.

Il ne restera qu’une saison dans le club Andalou, mais cela aura suffi pour marquer les esprits. Il dispute les 38 matchs de championnat pour 9 buts et 6 passes décisives. Il est l’un des acteurs majeurs de la très belle saison de Malaga qui terminera 4ème de Liga synonyme de qualification en ligue des champions (Malaga sera d’ailleurs éliminé en quart de finale au bout du suspense au terme d’un match complétement fou face à Dortmund qui bascule dans les arrêts de jeu avec un but de Felipe Santana). Cazorla ne participera pas à cette campagne européenne, car suite à sa bonne saison du côté de Malaga, l’espagnol est vendu à Arsenal pour 19 millions d’euros. Avant d’atterrir à Londres, Cazorla participe à l’Euro 2012 qu’il remportera encore une fois avec l’Espagne même si son rôle est bien plus limité lors de cette compétition qu’en 2008.

La saison suivante, à Arsenal, Santi impressionne d’entrée. Dans un rôle de numéro 10, il dispute les 38 matchs de championnat et termine avec un 12 buts et 12 passes décisives, il est même élu joueur de la saison par les supporters d’Arsenal qui sont tombé sous le charme de Cazorla. La saison suivante, Mesut Özil débarque chez les Gunners forçant Wenger à replacer Cazorla dans un rôle plus reculé ou il occupera l’un des postes du double pivot du 4-2-3-1. Les performances de Cazorla sont toujours très bonnes, mais la carrière de l’espagnol s’apprête à prendre une tournure dramatique.

La descente aux enfers.

Jusqu’alors assez épargné par les blessures et au sommet de son art, Cazorla va être violemment stoppé dans son élan et trahi par son corps. Tout commence le 10 septembre 2013 lors d’un match amical face au Chili, Cazorla sort suite à un coup reçu sur sa cheville, on est alors loin d’imaginer le calvaire qui l’attend. Cette blessure est en réalité une blessure osseuse au pied droit. Cazorla ne passe que 35 jours en dehors des terrains avant de reprendre la compétition, mais la blessure n’est pas totalement guérie. Malgré la douleur, il enchaine 2 saisons complètes au courage grâce à des infiltrations et des soins quotidiens « j’arrive à endurer la douleur. Si j’étais chaud, je pouvais jouer, mais à la mi-temps, dès que je refroidissais un peu, j’avais les larmes aux yeux » déclarera-t-il à Marca quelques années plus tard. Le plus fou dans cette histoire, c’est que les performances de Cazorla ne faiblissent pas. Lors des deux saisons où il joue blessé, il enchaine une saison à 4 buts 8 passes décisives puis une à 7 buts 11 passes décisives toujours dans un rôle de relayeur. Cette saison verra Arsenal terminer sur le podium de la Premier League. Cazorla est alors l’une des pièces maitresses d’une des équipes des gunners les plus marquantes de la décennie et son trio avec Özil et Alexis Sanchez fait des ravages outre-manche. C’est la saison suivante que tout s’écroule, en décembre 2015, l’espagnol subit une rupture du ligament externe du genou gauche. 5 mois plus tard, son genou est guéri, sa cheville toujours pas.

Alors qu’il pense pouvoir retrouver le chemin des terrains une irritation au tendon d’Achille l’en empêche. Santi ne reviendra que pour le dernier match d’une saison où il n’aura disputé que les 14 premiers matchs de championnat. La saison suivante débute et on pense alors ses soucis de blessures derrière lui, mais la chute de Cazorla va continuer. Le 19 octobre 2016, lors du troisième match de poule de ligue des champions face à Ludogoretz, Cazorla rechute et se blesse au tendon d’Achille. Il est opéré en décembre, on annonce alors 3 mois d’absence, mais l’espagnol ne guérit étrangement pas. Il ne remettra plus un pied sur une pelouse jusqu’à la fin de la saison. En mai, s’inquiétant de l’état de sa blessure, Cazorla quitte Londres pour consulter un médecin espagnol qui découvre l’origine du problème « une gangrène se développe dans la zone endommagée dévorant petit à petit le tendon et l’os du talon » de Santi. Les médecins lui annoncent alors qu’il faut intervenir immédiatement car sinon, il pourrait perdre sa jambe. Il a même révélé à Marca que les médecins lui auraient dit « Si tu réussis à marcher à nouveau dans ton jardin avec ton fils, tu pourras t’estimer heureux ». Cazorla est alors opéré et subi une greffe cutanée avec l’utilisation de la peau de son avant-bras gauche (tatouée).

Dans l’affaire, Santi a perdu 8cm de tendon rongé par l’infection. Cette blessure est décrite par son entraineur de l’époque Arsène Wenger comme « la pire blessure » qu’il ait vue (alors qu’il a connu d’autres joueurs ayant subis de nombreuses blessures comme Diaby ou Rosicky par exemple).

Cette traversée du désert de Cazorla ouvre d’ailleurs la porte à un débat plus large sur la gestion des blessures dans le foot. En effet cette gestion est parfois assez floue, peu compréhensible et peut avoir des conséquences dramatiques sur la carrière de certains joueurs. Dans certains cas, des joueurs sont annoncés indisponibles pour une certaine durée et reviennent finalement sur les terrains beaucoup plus tôt que prévu (en général pour des raisons sportives et les besoins de résultats des clubs). Cette « précipitation » donne très souvent lieu à des performances très douteuses, car les joueurs ne sont en général pas réellement remis de leurs blessures (cela peut même dans le pire des cas mener à des rechutes). On pense par exemple à David Luiz qui en 2015 alors qu’il évoluait encore au PSG devait être éloigné des terrains 4 semaines. Après un séjour à Saint Pétersbourg, le brésilien rejouera finalement seulement 10 jours plus tard en ligue des champions face au Barça grâce à une « autre médecine » d’après Laurent Blanc. Résultat, David Luiz a été totalement dépassé pendant tout le match et a représenté une proie idéale pour Suarez qui l’a torturé durant toute la rencontre.

Certains joueurs enchainent les blessures de façon assez inexplicable (on peut penser à Dembélé ou à Tolisso par exemple). La thèse de la malchance est souvent invoquée, mais des questions sur la qualité des soins, le temps donné aux joueurs pour totalement récupérer et l’hygiène de vie de ces derniers se posent tout de même dans de nombreux cas. D’autres joueurs disparaissent pendant de très longues durées, voire ne reviennent tout simplement jamais de blessures sans que l’on ne comprenne vraiment pourquoi. On peut penser par exemple à Jack Wilshere qui a totalement disparu de la circulation et est aujourd’hui sans club à 29 ans à cause d’un enchainement de blessures et de rechutes assez incompréhensibles.

La problématique des blessures occupe une place centrale dans le monde du football tellement les enjeux sont énormes à la fois pour les clubs mais surtout pour les joueurs qui peuvent voir leurs carrières totalement gâchées par des blessures mal soignées ou des retours trop prématurés.

Quoi qu’il en soit, Santi Cazorla a passé 3 saisons éloigné des terrains, on le pense alors terminé pour le football, mais à l’été 2018, libre de tout contrat, il signe à Villarreal, le club de ses débuts, et le miracle arriva

Le retour en force du miraculé.

Alors âgé de 34 ans, après 8 opérations et des années de galère, Santi Cazorla est de retour sur les pelouses de Liga lors de la saison 2018-2019. Personne ne sait vraiment dans quel état il est ni s’il va pouvoir enchainer les matchs, et le moins que l’on puisse dire c’est que le milieu espagnol va très vite dissiper les doutes. Alors qu’il revient de nulle part, Cazorla réalise une excellente saison en comptabilisant 7 buts et 11 passes décisives toutes compétitions confondues dans une équipe en grande difficulté sur le plan collectif. Villarreal ne termine que 14ème de Liga en 2018-2019 avec seulement 7 points d’avance sur le premier relégable, et ce maintien, le sous-marin jaune le doit en grande partie à la saison qu’a réalisé Cazorla.

De l’avis de nombreux fans de Villarreal si Santi n’avait pas été là lors de cette saison, le club descendais en Segunda. Son niveau le place clairement parmi les meilleurs milieux du championnat espagnol ce qui est remarquable au vu de tout ce qu’il a vécu et montre bien le talent hors du commun de ce joueur capable d’être bien haut dessus de la mêlée dans un championnat aussi relevé que la Liga avec un physique douteux. Malgré une perte certaine d’explosivité, Cazorla compense par une son aisance technique, sa compréhension du jeu et sa vista hors norme. La belle histoire continue la saison suivante qui sera encore meilleure avec 15 buts et 11 passes décisives toutes compétitions confondues. Ses performances aussi impressionnantes qu’imprévisibles ne laissent pas indifférent si bien qu’à 34 ans et 5 ans après sa dernière sélection, Cazorla est appelé avec la sélection espagnole en 2019 pour affronter la Suède et les Iles Féroés dans le cadre des qualifications à l’Euro 2020.

Après 2 saisons pleines à Villarreal, et suite à un hommage très émouvant lors de son dernier match face à Eibar en juillet 2020, Santi s’engage libre d’Al-Sadd au Qatar ou il a notamment évolué sous les ordres de Xavi pour ce qui constitue certainement les dernières saisons d’une carrière riche en émotions et en rebondissements (si on en croit ses statistiques, il est d’ailleurs toujours très performant aujourd’hui).

La carrière de Santi Cazorla laissera sans doute toujours un goût d’inachevé tant ce joueur avait les qualités pour être un joueur marquant de son époque. Lorsqu’on voit son niveau en 2008 lors de l’Euro, on peut imaginer que dans un univers parallèle, si les évènements s’étaient passés autrement, il aurait au moins pu avoir une carrière équivalente à celle de David Silva voire d’Iniesta. Ses dernières saisons a Villarreal vont dans ce sens, car même à 35 ans et avec un physique défectueux, il était encore très fort et se plaçait parmi les meilleurs milieux de Liga, là où à peu près au même âge, Iniesta était déjà au Japon par exemple (on peut d’ailleurs se demander dans quelle mesure le fait d’être longtemps écarté des terrains lui a permis de garder une certaine fraicheur notamment mentale par rapport à d’autres joueurs ayant commencé très jeunes, qui ont beaucoup enchainés et paraissent pour certains cramés assez jeunes comme Fabregas par exemple).

Il aura tout de même réussi à glaner 2 euros et 2 FA cup. Sa qualité technique, sa vision de jeu et son ambidextrie parfaite (il a déjà marqué des coups francs du droit et du gauche, cette faculté à jouer des deux pieds était l’un des atouts principaux du jeu de Cazorla, une caractéristique que l’on retrouve assez peu aujourd’hui, en attendant l’explosion de Mason Greenwood ou dans une moindre mesure celle de Ryan Cherki) auraient dû lui permettre d’avoir une carrière bien plus marquante, mais son corps en a décidé autrement. Son retour en grâce à Villarreal a tout de même constitué l’une des attractions des romantiques du football au cours des dernières saisons et nul doute que tous les amoureux de ce sport garderont un souvenir très positif de ce joueur génial stoppé en plein vol.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.