Barça – Real : Une ère de transition avant le retour au sommet ?

Ce dimanche 24 octobre, le FC Barcelone accueillera le Real Madrid pour ce qui était encore récemment un match au sommet et l’un des plus attendus de la planète. Mais cette saison, et ce pour la première fois en plus de 15 ans, le Clasico se déroulera sans les deux légendes qui ont marqué leur époque et ont animé bon nombre de ces matchs d’anthologie. Après Cristiano Ronaldo en 2018, Lionel Messi a quitté le FC Barcelone cet été, laissant ainsi son club dans une ère de transition, en proie notamment a de grandes difficultés tant sur le plan sportif qu’économique. Toutefois, un grand club ne meurt jamais, et ce n’est qu’une question de temps avant que Merengue et Blaugrana renaissent de leurs cendres. 

FC Barcelone : la Masia de retour au premier plan ?  

Depuis 2015, le FC Barcelone enchaîne les erreurs de casting en matière de recrutement, que ce soit en ce qui concerne les joueurs ou le staff. Si Ernesto Valverde semblait initialement être l’entraîneur idéal pour reprendre le flambeau et ramener les Blaugrana au premier plan, les nombreuses désillusions ont fini par lui coûter sa place. Successivement, l’ancien entraîneur de l’Athletic Bilbao a subi des déroutes face à Liverpool puis à l’AS Roma, malgré des avantages conséquents acquis lors des matchs aller. Son successeur, Quique Setien, n’a malheureusement guère fait mieux. On retiendra du technicien mexicain l’humiliation face au Bayern Munich (8-2) en quart de finale de l’édition 2020, à Lisbonne. Une défaite qui a non seulement entraîné le départ de l’ancien entraîneur du Real Betis, mais également celui du principal fautif du déclin du FC Barcelone : Josep Maria Bartomeu. Car si les entraîneurs n’ont pas tous été à la hauteur depuis le départ de Luis Enrique en 2017, la gestion du club par le désormais ex-président du FC Barcelone était la cause principale de la chute des Catalans. 

Élu en janvier 2021, Joan Laporta fait son retour en tant que président du FC Barcelone, lui qui était déjà présent lors de l’âge d’or des catalans, entre 2003 et 2010. Avec Ronald Koeman à la tête de l’équipe première, le FC Barcelone est ainsi entré dans une nouvelle ère, et a été contraint de laisser partir son diamant pur, Lionel Messi, faute de moyens. Preuve de la situation économique catastrophique dans laquelle est le club Blaugrana. Orphelin de son capitaine et de son fer de lance, c’est désormais une équipe particulièrement rajeunie que le technicien néerlandais aligne cette saison. S’il est loin de faire l’unanimité auprès des supporters, Ronald Koeman semble pourtant faire ce qu’il peut avec les moyens du bord, faisant ainsi revivre la Masia, honteusement délaissée par ses prédécesseurs. 

Délesté de nombreux indésirables à l’image d’Antoine Griezmann, Junior Firpo ou encore Emerson Royal, Ronald Koeman a lancé plusieurs jeunes prometteurs à l’image du dernier joyau issu de la Masia, Gavi. Âgé de tout juste 17 ans, le jeune espagnol vit un début de saison de rêve, qui a d’ores et déjà gagné sa place dans le onze de départ du FC Barcelone en l’absence de Pedri, et a dans le même temps fait ses débuts en sélection avec la Roja, sous les ordres d’un certain Luis Enrique. 

Le retour au premier plan de la Masia a été symbolisé début septembre lors de la victoire 3-0 du FC Barcelone face à Levante. Devant faire face à plusieurs blessures, Ronald Koeman a pris la décision forte d’aligner une équipe relativement jeune et inexpérimentée, avec bon nombre de jeunes joueurs issus du centre de formation. En défense, Oscar Mingueza était titularisé couloir droit avant d’être remplacé par un autre jeune Masian, Ronald Araujo. Au milieu, les jeunes Gavi et Nico Gonzalez étaient tous deux encadrés par l’expérimenté Sergio Busquets. Au cours de la rencontre, Riqui Puig et Ansu Fati sont entrés en jeu, le second inscrivant même le dernier but Blaugrana pour son retour à la compétition après sa terrible blessure au ménisque survenu en septembre 2020. 

 

Ainsi, si le FC Barcelone est encore en proie à de grandes difficultés économiques, l’avenir semble radieux pour les Blaugrana. Sans les salaires de Lionel Messi et Antoine Griezmann, le Barça a certes perdu en qualité d’effectif sur le court terme, mais a fait des économies conséquentes qui vont permettre aux Catalans de se reconstruire. En s’appuyant non seulement sur la Masia mais également sur le recrutement de jeunes prometteurs à moindre coût à l’image de Pedri, le FC Barcelone a d’ores et déjà comblé certaines de ses lacunes. Dans l’entrejeu, la présence de Frenkie De Jong, Gavi, Pedri, Nico Gonzalez et Riqui Puig annoncent de belles années à venir, tout comme celles d’Ansu Fati et Yusuf Demir sur les ailes, ou de Sergino Dest, Ronald Araujo, Oscar Mingueza et Eric Garcia en défense. Il faudra toutefois s’armer de patience pour voir ses jeunes joueurs prendre la relève et gagner en expérience. 

Le retour au sommet du FC Barcelone ne semble ainsi n’être qu’une question de temps. Reste à savoir si Ronald Koeman est vraiment l’homme de la situation pour faire renaître de ses centres le club culès, alors que Joan Laporta semble toujours attendre le feu vert de la part de Xavi, qui fait actuellement des merveilles au Qatar…

Le Real Madrid prêt à faire all-in ?  

Si le déclin du FC Barcelone semble avoir commencé dès 2015, peu de temps après leur victoire en Ligue des Champions, celui du Real Madrid a commencé plus tard, lors du départ de Cristiano Ronaldo à la Juventus de Turin lors du mercato estival 2018. Alors que les Merengues restaient sur trois sacres consécutifs en Ligue des Champions, le départ de la star portugaise a laissé un grand vide au sein de l’effectif madrilène. À l’image du départ de Lionel Messi de Barcelone, le transfert de Cristiano Ronaldo marquait la fin d’une ère au Real Madrid, qui a toutefois pu récupérer un beau cachet de 100 millions d’euros pour se reconstruire. Malheureusement, les nouvelles recrues Merengues lors des mercatos 2018 et 2019 ne seront pas à la hauteur des attentes, loin de là. Mariano Diaz, Alvaro Odriozola, Eden Hazard et Luka Jovic ont coûté au Real Madrid un total de 229.5 millions d’euros. Faute de résultat sportif, le Real Madrid a été plongé dans une crise économique lors de l’été 2020, fortement touché par les conséquences économiques du COVID-19, et notamment l’absence de revenus billetterie. 

 

La différence de gestion entre le Real Madrid et le FC Barcelone est toutefois saisissante. Possédant bon nombre de joueurs avec une forte valorisation sur le marché des transferts, Florentino Perez est parvenu à récupérer un total de 180.5 millions d’euros sur la vente de joueurs depuis le mercato estival 2020, grâce notamment aux départs d’Achraf Hakimi, Sergio Reguilon, Oscar Rodriguez, Raphaël Varane ou encore Martin Odegaard. À cela s’ajoutent les salaires économisés de James Rodriguez et Sergio Ramos, tout deux partis sans indemnité de transfert. Si le Real Madrid s’est affaibli avec ces départs, il n’a surtout dépensé que 31 millions d’euros depuis le mercato estival 2020, pour le recrutement d’Eduardo Camavinga. 

Grâce aux économies réalisées, et notamment au départ de Gareth Bale l’été prochain, qui représente un gouffre financier chez les Merengues, le Real Madrid va pouvoir investir pleinement lors des prochains mercatos, si bien que Florentino Perez était prêt à débourser 200 millions d’euros pour s’attacher les services de Kylian Mbappe dès cet été, malgré son statut de joueur libre en juin prochain, et la possibilité de signer un précontrat dès janvier. À moins d’un retournement de situation exceptionnel, le jeune prodige français sera madrilène d’ici quelques mois, et viendra ainsi renforcer considérablement l’effectif madrilène, et pourrait reprendre le flambeau laissé par Cristiano Ronaldo, et dont Eden Hazard n’a, pour le moment, pas été en mesure de reprendre.

Si le FC Barcelone a tendance à former ses pépites, le Real Madrid dépense davantage, en témoignent les récents recrutements de Vinicius Junior, Rodrygo, Eder Militao, Reinier ou plus récemment Eduardo Camavinga. Des jeunes prêts à prendre la relève d’un effectif vieillissant, alors que certains cadres arrivent en fin de carrière, à l’image de Luka Modric, Toni Kroos, Karim Benzema ou encore Marcelo. 

Blaugrana ou Merengue, qui a le meilleur projet ?  

Cette ère de transition que traversent le Real Madrid et le FC Barcelone est particulièrement intéressante, car elle arrive en même temps pour les deux rivaux, profitant notamment à l’Atletico Madrid. Merengue et Blaugrana ont fait des erreurs de recrutement ces dernières saisons, et le COVID-19 les a plongés dans une situation économique trouble. De par la gestion de son ancien président, le FC Barcelone part de plus loin que le Real Madrid, qui pourrait se montrer plus fort à court terme. Les Catalans devront s’armer de patience avant de voir éclore leurs jeunes talents, mais les récentes prolongations d’Ansu Fati et Pedri, ainsi que celle à venir du jeune Gavi montre l’amour du maillot et l’engagement présent au sein de cette nouvelle génération. 

Le Real Madrid garde toutefois un effectif vieillissant, et dont plusieurs cadres seront probablement sur le déclin d’ici 3 à 4 saisons. Des joueurs comme Thibaut Courtois, David Alaba, Dani Carvajal, Casemiro, Toni Kroos, Isco, Eden Hazard et Lucas Vazquez auront tous 33 ans ou plus, tandis que Luka Modric, Karim Benzema ou encore Marcelo, trois leaders du vestiaire depuis de nombreuses années, ne seront sans doute plus au club. Une période qui pourrait correspondre à celle du retour au sommet du FC Barcelone, la nouvelle génération ayant eu le temps de se bonifier avec le temps, comme du bon vin. 

Il est ainsi difficile d’émettre des suppositions sur le meilleur projet entre le FC Barcelone et le Real Madrid, tant ceux-ci semblent différents. Avec l’arrivée plus que probable de Kylian Mbappe l’été prochain, rien n’empêchera le Real Madrid de figurer à nouveau parmi les favoris de toutes les compétitions. Si la situation économique du FC Barcelone se redresse, Joan Laporta tentera peut-être de recruter un ou deux joueurs de haut calibre pour venir renforcer un effectif encore trop jeune pour viser quoi que ce soit. Restera à éviter de réaliser de nouvelles erreurs de casting comme ce fut le cas avec les recrutements de Philippe Coutinho et Antoine Griezmann, qui ont coûté très cher au club catalan. Avec Joan Laporta, le club culé semble de nouveau entre de bonnes mains, et peut espérer un avenir radieux, avec un retour de la Masia au premier plan, pour le plus grand bonheur des socios. 

Le Clasico de ce dimanche après-midi pourrait avoir une saveur fade, et il y aura sans aucun doute une atmosphère particulière dans un Camp Nou orphelin de Lionel Messi. Ce n’est toutefois qu’une question de temps avant que le Clasico ne retrouve son envergure d’antan, et que les deux rivaux ne retrouvent les sommets. Si les deux clubs prennent une direction différente, le Real Madrid et le FC Barcelone semblent prêts à renaître de leurs cendres.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.