Le Théâtre de la honte

Connu sous le nom de Northwest Derby, l’opposition entre Manchester United et Liverpool fascine et déchaîne les passions depuis l’origine du football. Deux des plus mythiques clubs au monde, pour une rencontre au sommet qui déçoit rarement. Au fil des années, la rivalité entre les Reds et les Reds Devils est devenue l’une des plus fortes au monde, s’imposant même comme le troisième match de football le plus vu au monde, derrière le Manchester Derby et le Clasico entre le Real Madrid et le FC Barcelone. Si Manchester United et Liverpool sont aujourd’hui deux des plus grands clubs au monde, ce n’était pas encore le cas il y a 100 ans, où leur histoire était encore relativement récente. Un soir d’avril 1915, le football anglais assistait ainsi à l’un de ses plus grands scandales. À quelques semaines de l’arrêt des compétitions en raison de l’ampleur que prenait la Première Guerre Mondiale, Liverpool et Manchester se sont alliés pour truquer le Northwest derby. Retour sur un match qui aura des conséquences terribles. 

Nous sommes en 1915. Le football est bien loin de ce qu’il est aujourd’hui. Pas question de foot business, de coupes d’Europe, ou encore de compétitions internationales. La tactique et son concept sont encore relativement obscurs. Seul le Scottish Style, popularisé par Jimmy Hogan (un des pionniers de la tactique mondiale), est connu au Royaume-Uni.  Certaines règles fondamentales du football d’aujourd’hui ne sont pas encore établies, à l’image de la règle du hors-jeu. En 1915, un joueur qui recevait le ballon dans la moitié de terrain adverse n’était en effet hors-jeu que s’il y avait moins de trois joueurs entre lui et le gardien de but adverse. Cette règle sera modifiée dix ans plus tard par le mythique et révolutionnaire entraineur d’Arsenal Herbert Chapman.  

Un contexte particulier 

Ainsi, la saison 1914-1915 est la 27e saison de Football League. Dix des vingt clubs de première division en 1914 sont d’ailleurs en Premier League en cette saison 2020-2021. Les clubs les plus mythiques sont présents, à l’exception d’Arsenal, relégué deux ans plus tôt. Fondé en 1878, Manchester United fait ses débuts en compétitions officielles seulement huit ans plus tard, en 1886. Les Reds Devils précèdent alors de six ans Liverpool FC, fondé en 1892 à la suite d’un désagrément entre le Board d’Everton FC et le président du club à l’époque, John Houlding. 

Si les deux clubs possèdent un certain palmarès en 1915, ils ne jouent pour autant pas les premiers rôles en championnat. Les Reds ont remporté deux titres de deuxième division et deux titres de Champion d’Angleterre, tandis que Manchester United a également été sacré champion d’Angleterre à deux reprises, ajoutant toutefois une FA Cup et deux Football League Cup. Alors qu’ils vivent tous deux une saison compliquée, Liverpool et Manchester United vont commettre l’irréparable et l’impardonnable pour les observateurs de football anglais : s’unir pour truquer une rencontre.  

Liverpool FC et son premier trophée de Champion d’Angleterre, en 1901 (Crédit Photo : Liverpool FC)

Nous sommes le 2 avril 1915. Le championnat d’Angleterre touche à sa fin. Pour beaucoup de joueurs, ces matchs seront les derniers de leur vie. Alors que la Première Guerre Mondiale fait rage, la Fédération Anglaise a en effet pris la décision d’arrêter les compétitions, la grande majorité des joueurs ayant en effet été appelée pour figurer dans l’armée britannique. Ainsi, tous les joueurs veulent se battre une dernière fois pour leur club, et éviter une relégation pour leur probable dernière saison en tant que footballeur. Alors que Liverpool est dans le ventre mou et n’a plus aucun enjeu, Manchester United est en grande difficulté. Les Reds Devils sont en effet à la lutte avec Tottenham et Chelsea pour éviter la relégation en seconde division. 

 

Pour le compte de la 32e journée de Premier Division, Manchester United reçoit Liverpool et la victoire est obligatoire pour se donner de l’air dans la lutte pour le maintien. Quelques jours avant la rencontre, Jacky Sheldon avait organisé une réunion privée dans un pub de Manchester. Autour de la table, Thomas Fairfoul, Tom Miller et Bob Pursell, joueurs de Liverpool, Sandy Turnbull et Arthur Whalley qui évoluent quant à eux à Manchester United, ainsi que Lawrence Cook et Fred Howard, jouant respectivement à Birmingham et Manchester City. La décision est prise, Manchester United gagnera 2-0, avec un but marqué dans chaque période. Une opération qui arrange Manchester United dans l’optique de son maintien, et les joueurs de Liverpool pour gagner un peu d’argent, permettant de protéger leur famille à quelques mois de partir au front. C’est ainsi que, devant 18 000 supporters médusés, le 24e Northwest Derby de l’histoire pris une tournure lamentable.  

Old Trafford en 1915, lors du match surnommé le « Good Friday Betting Scandal », en rapport au jour du match, le vendredi saint. (Crédit Photo : BBC)

Dès le début de la rencontre, Liverpool semble relativement passif, notamment sur les percées adverses, où les Reds se laissent littéralement dominer par leur rivaux. Les joueurs se contentent de passer la balle, provoquant la surprise des supporters dans les tribunes, et la colère de certains joueurs sur le terrain, alors que tout le monde n’approuvait pas l’accord conclu par Jacky Sheldon. Grâce à un but de George Anderson, Manchester United mène 1-0 à la pause, alors qu’une “première mi-temps plus unilatérale serait difficile à observer” comme le rapportera le Daily Post dans son édition du lendemain. À la mi-temps, le ton monte dans le vestiaire de Liverpool. Une bagarre aurait même éclaté entre certains joueurs de Liverpool, parmi ceux qui étaient dans le coup et ceux qui ne l’étaient pas, et menaçaient de marquer ou de mettre un but contre leur camp pour ruiner le pari placé par les autres joueurs. 

Au retour des vestiaires, Liverpool se montre plus offensif, et obtient même un pénalty lors de l’une de leurs premières incursion dans la surface de réparation de réparation adverse. Patrick O’Connell s’en charge, et en verra une frappe “ridicule” selon les propos du Daily Post, qui aurait fini sa course près du poteau de corner… George Anderson finit par inscrire un doublé, mais le pari manqua de tomber à l’eau en raison de Fred Pagnam, attaquant star de Liverpool qui aurait menacé à la mi-temps de marquer un but. Ça ne passa pas loin pour l’ancien joueur de Blackpool, dont la frappe heurta la barre transversale du but des Red Devils. Le match se terminera finalement bel et bien sur une victoire 2-0 de Manchester United, au grand bonheur des Mancuniens et de tous les joueurs ayant parié sur la rencontre.

 

Après le match, des flyers ont commencé à apparaître dans les rues de Manchester et de Liverpool, informant qu’une grande somme d’argent avait été pariée sur le score exact de 2-0 pour Manchester United, qui était coté à 7/1 (soit une côte à 8 en valeur décimale). Une enquête fut alors ouverte par la Fédération Anglaise, et plusieurs audiences eurent lieu en présence des différents joueurs des deux équipes. Fred Pagnam par exemple, qui s’était fait copieusement insulter après avoir manqué d’inscrire un but en fin de rencontre, a auditionné contre ses coéquipiers, tandis que Billy Meredith, attaquant de Liverpool, a quant à lui affirmé qu’il n’était au courant de rien, mais qu’il avait trouvé surprenant que ses coéquipiers ne lui aient pas fait la moindre passe durant la rencontre. 

Après plusieurs audiences, la Fédération Anglaise a rendu sa décision le 27 décembre 1915. Il a été conclu que cette initiative était à l’origine des joueurs, et aucun des deux clubs n’a ainsi été sanctionné. Au total, sept joueurs avaient été impliqués dans cette affaire de scandale selon la Fédération Anglaise : trois de Manchester United, et quatre de Liverpool. Si certains ont été épargnés, la sanction fut exemplaire pour la majorité d’entre eux. Du côté de Manchester United, l’attaquant Enoch West a été banni à vie, tout comme son coéquipier Sandy Turnbull. 

Sandy Turnbull, légendaire attaquant de Manchester United (Crédit Photo : The National)

Toutefois, Sandy Turnbull a vu sa suspension être annulée à titre posthume en 1919 après avoir été tué lors de la bataille d’Arras le 3 mai 1917. Il a fait partie intégrante de la première grande équipe du club, dirigée par Ernest Magnall, qui a été sur le toit de l’Angleterre en 1908 et 1911. Turnbull marqua 101 buts en 247 matchs sous les couleurs de Manchester United, faisant de lui le 19e joueur le plus prolifique de l’histoire du club, juste derrière Cristiano Ronaldo. Un joueur mythique qui fut l’auteur de l’un des buts les plus importants de l’histoire du club, lors du premier sacre du club en finale de la FA Cup contre Bristol City en 1909. En effet, le succès en FA Cup persuada le président de Manchester United de l’époque, John Henry Dawes, de financer la construction d’un nouveau stade : Old Trafford.

S’il n’a quant à lui pas été tué sur les champs de bataille, Arthur Whalley a également vu sa suspension être annulé, pour ses services rendus pendant la guerre. Après sa retraite, l’ancien milieu mancunien se reconvertira en…bookmaker ! Du côté de Liverpool, Jackie Sheldon, leader de l’opération, verra également la FA revenir sur sa décision, tout comme Tom Miller et Bob Pursell, alors que Tom Fairfoul préfèra prendre sa retraite. 

 

Également banni à vie du monde du football pour son implication présumée dans le scandale de match truqué contre Liverpool, Enoch West s’est toujours battu pour son honneur et justifier son innocence. En 1917, l’ancien attaquant de Manchester United poursuivit en justice la Fédération Anglaise pour diffamation, réclamant ainsi des dommages et intérêts, en vain.  

Enoch West sous les couleurs de Manchester United en 1910 (deuxième rang, quatrième joueur en partant de la gauche). Crédit photo : PlayUp Liverpool 

Quelques mois après l’annonce de la suspension à vie des joueurs impliqués dans le scandale, alors qu’il est sur les champs de bataille en France, Jacky Sheldon fait parvenir une lettre à paraitre dans le Liverpool Echo avec comme objectif qu’elle atteigne la Fédération Anglaise. Une lettre poignante venant du leader de l’opération : « Auriez-vous l’amabilité de m’accorder un espace dans votre précieux document pour expliquer ma position concernant la suspension ? Il est peut-être injuste que je demande cette faveur alors que mon affaire a été traitée il y a si longtemps par la F.A. Mais vous comprendrez combien il m’est difficile de m’expliquer en faisant ma part « quelque part en France ». Je saisis maintenant la première occasion que j’ai eue et je souhaite faire connaître ma position aux nombreux adeptes du football. Je vous déclare avec insistance, en tant que votre meilleur et plus juste critique, que je suis absolument irréprochable dans ce scandale, et que je suis toujours ouvert, comme je l’ai toujours été, à donner à tout Fonds de la Croix-Rouge, ou à toute autre institution caritative, la somme de 20 livres sterling si la F.A., ou toute autre personne, peut justifier et prouver tout bookmaker ou toute autre personne avec laquelle j’ai eu un pari. En supposant que je revienne sain et sauf de ce pays, j’ai l’intention de prendre des mesures contre ma suspension, et en attendant, vous me rendriez un grand service en insérant gentiment cette lettre dans votre numéro. À vous fidèlement, PTE. J. Sheldon, 17e Middlesex. » Toutefois, cette fameuse lettre, qui parait bel et bien dans le Liverpool Echo, a des conséquences terribles pour Enoch West, qui est désormais accusé comme étant le vrai leader de l’opération, tandis que Jacky Sheldon voit sa suspension être annulée lors de la reprise des compétitions, en 1919. 

Enoch West sous les couleurs de Manchester United, avant sa suspension à vie (Crédit Photo : These Football Times)

L’attaquant de Manchester United tenta tant bien que mal de se défendre, allant même jusqu’à surenchérir l’offre de Sheldon pour prouver son innocence, à travers une lettre également publiée dans le Liverpool Echo quelques semaines plus tard : « Moi, Enoch James West, offre la somme de 50 livres sterling à verser à tout fonds de la Croix-Rouge si une ou plusieurs personnes peuvent prouver que j’ai parié ou gagné de l’argent de quelque manière que ce soit sur le match à Old Trafford, Manchester United contre Liverpool, le vendredi saint 1915, ledit match pour lequel j’ai été suspendu. Enoch James West, 68 Railway-road, Old Trafford. » Une tentative qui fut malheureusement veine.  

Enoch West tenta de se suicider à deux reprises dans les années qui suivirent. Il fut finalement innocenté en 1945, à 59 ans et après 30 ans de bataille pour laver son nom et son honneur. Cette suspension reste encore à ce jour la plus longue de l’histoire de la Football League. Au moment de l’annonce de son innocence, le meilleur buteur de Premier Division 1908 n’eut qu’une déclaration, mélangeant colère et tristesse envers Jacky Sheldon : « Ce fils de pute a gâché ma vie. Il savait que j’étais innocent, mais il lui fallait un coupable idéal pour se couvrir. »  

Ainsi, ce Liverpool – Manchester United du 2 avril 1915 restera à jamais le plus scandaleux de tous les Northwest Derby de l’histoire. Des vies et carrières furent ruinées, pour un pari qui avait certes permis aux joueurs de protéger l’avenir de leur famille s’il ne revenait jamais de la première guerre mondiale, mais qui leur avait fait perdre tout honneur et dignité. Si elle n’était à l’époque pas très réputée, la rivalité entre Liverpool et Manchester United ne fut plus jamais la même depuis ce match, mais cela en valait-il la peine…?

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.