L’Anzhi Makhachkala, joyaux perdu du football russe

15 mars 2020, 89e minute entre l’Anzhi Makhachkala et le Chernomorets Novorossijsk. A la suite d’un dégagement manqué d’un défenseur, le jeune Muslim Shihbabaev reprend le ballon à bout portant et fusille le gardien de Chernomorets. Les quelques centaines de spectateurs présents explosent et envahissent le terrain. Non, l’Anzhi Makhachkala ne vient pas de remporter la finale de la Coupe de Russie ou d’être sacré champion. En réalité, Shibabaev a permis à son équipe de remporter sa troisième victoire de la saison, la première depuis le 21 septembre. Cette victoire a pour seul mérite de permettre à un club qui, sept ans plus tôt, s’imposait contre Liverpool en Europa League, à désormais quitter la place de lanterne rouge de troisième division russe. Comment en sommes-nous arrivé là ? Qu’est devenu lAnzhi Makhachkala ?

Le 24 août 2011, le monde du football est secoué par le transfert retentissant de Samuel Eto’o à l’Anzhi Makhachkala, petit club russe alors relativement méconnu, pour un montant de près de trente millions d’euros. A cette époque, le buteur camerounais est presque au prime de sa carrière, et le voir quitter l’Inter Milan aussi brutalement est une surprise. Pour l’Anzhi Makhachkala, ce transfert vient conclure un mercato sensationnel qui vient prouver l’ambition du projet du club. Cependant, neuf ans plus tard, le club se morfond en troisième division avec comme équipe uniquement des jeunes du centre de formation. Comment en est-on arrivé là ? Quel est l’homme qui se cache derrière l’échec de l’un des projets les plus fou de cette dernière décennie footballistique ?  

Un projet sportif, mais pas que…

L’homme derrière le projet de l’Anzhi Makhachkala se nomme Suleiman Kerimov. Lors du rachat du club, en 2011, le businessman russe ayant notamment des actions dans la célèbre banque JP Morgan était la 36e fortune mondiale. Le choix de Makhachkala est pour lui tout sauf un hasard. La ville se situe dans sa région natale du Daghestan. Ancienne forteresse de l’Empire Russe en 1844, Makhachkala est la capitale du Daghestan, république russe fédérée, appartenant au territoire du Caucase du Nord. Cette même année, la BBC avait déclaré le Daghestan comme lieu le plus dangereux d’Europe. Cela à tel point que les joueurs de l’Anzhi vivaient à Moscou, 1800 kilomètres plus au nord, et ne se déplaçaient à Makhachkala seulement la veille des matchs pour une session d’entrainement avant de repartir à Moscou dès la fin de la rencontre.  

« Notre base d’entraînement se trouvait juste à l’extérieur de Makhachkala et, sur la route, il y avait un point de contrôle, toujours occupé par des soldats armés d’armes lourdes. Un jour, nous dînions à l’entraînement et aux nouvelles, nous avons vu qu’il y avait eu une attaque contre ce point de contrôle. Sur le chemin du retour, nous avons vu des trous de balle dans le mur. »

Miro Slalov, ancien attaquant de l’Anzhi entre 2010 et 2012 lors d’une interview au Blizzard.

Russie: une étude dévoile la pratique généralisée de l'excision au ...

Le Daghestan est l’une des régions les plus défavorisées et les plus dangereuses de Russie, voire d’Europe. En 1999, la région est envahie par des Tchétchènes qui veulent en faire un état islamique indépendant de la Russie. Plus de vingt ans plus tard, la région est majoritairement islamique, un statut dont souffre l’Anzhi Makhachkala en raison du nationalisme russe insufflé par Vladimir Poutine lors de sa montée au pouvoir en 1999, année de l’invasion tchétchène dans la région.  

« Je ne pense pas être resté au Daghestan pendant plus de deux jours. Nous prenions l’avion de Moscou le vendredi, jouions le samedi et retournions tout de suite après le match en avion à Moscou. Nous n’étions pas autorisés à sortir, en raison de la réputation de l’endroit. Nous volions vers un nouvel endroit tous les trois jours : Europa League, Premier League… Nous étions toujours dans l’avion, toujours à voler vers une autre ville.

Abdul Razak, ancien milieu de terrain international ivoirien passé par l’Anzhi lors de la saison 2013-2014. 

Le slogan “Arrêtez de nourrir le Caucase” était régulièrement utilisé lors des marches nationalistes dans la capitale moscovite. Ainsi, plusieurs joueurs ont souffert d’avoir rejoint l’Anzhi Makhachkala. C’est le cas notamment de Yuri Zhirkov qui, alors une légende du football russe, s’est transformé en ennemi public en rejoignant l’Anzhi. Lors des matchs en sélection avec la Russie, l’ancien joueur de Chelsea se faisait huer par ses propres supporters, étant considéré comme un traitre. 

Gasan Magomedov, un jeune espoir du football russe, tué par balles ...

Le 3 janvier 2015, Gasan Magomedov, un jeune milieu de l’Anzhi âgé de 20 ans, a été tué par balle dans sa voiture, devant la maison de ses parents. Cinq ans plus tard, les coupables n’ont jamais été retrouvés. Magomedov n’est qu’une autre des innombrables victimes de la violence dans le Caucase du Nord, et démontre le danger régnant dans cette région du Daghestan. 

En regardant une carte, vous pensez que c’est (le Daghestan, ndlr) une partie de la Russie, mais cela n’a rien à voir avec des endroits comme Moscou ou Saint-Pétersbourg. Personne ne se tenait la main dans la rue. Dans les restaurants, il y avait des murs séparant chaque table, donc personne ne pouvait voir les couples ensemble. C’était très strict” 

 Miro Slalov lors d’une interview accordée au Blizzard.

La volonté de Suleiman Kerimov était de redynamiser la région du Daghestan, de permettre aux gens de savoir placer Makhachkala sur une carte et de mettre la lumière sur l’une des régions les plus défavorisées d’Europe, de redonner l’espoir à toute une ville, dont l’autre club mythique, le Dynamo, avait été dissous quelques années plus tôt. “Les gens sont devenus obsédés par le football. Même les grands-mères des villages de montagne s’intéressaient à l’Anzhi” raconte Alina Kasumova, journaliste locale pour Russia24. ”Les jeunes et les moins jeunes ont suivi les succès et les échecs du club. Les hommes ont couvert leurs voitures avec des autocollants de club. C’était une fête de football fantastique.” 

ANZHI MAKHACHKALA - Ultras-Tifo Forum

De l’espoir au desespoir.

Ainsi, pour mettre la lumière sur le Daghestan et augmenter la réputation de son club, Suleiman Kerimov ne fait pas dans la demi-mesure, et use de sa fortune pour arriver à ses fins (ce qui le mena à sa perte). Après avoir racheté le club le 18 janvier 2011, il prévoit d’investir plus de 200 millions de dollars dans de nouvelles infrastructures, que ce soit un centre d’entrainement, de formation et un nouveau stade.  

Dès cette première période de mercato hivernal, l’Anzhi Makhachkala dépense pas moins de 30 millions d’euros pour s’attirer les services de plusieurs joueurs comme les brésiliens Diego Tardelli (Atlético Mineiro, 5M), Jucilei (Corinthians, 10M) et Joao Carlos (Genk, 2.5M) ou encore l’international marocain Moubarak Boussoufa en provenance d’Anderlecht pour huit millions d’euros. Toutefois, c’est un autre brésilien qui va réellement attirer les premières lumières sur Makhachkala. A 37 ans, la légende Roberto Carlos est engagée librement après un passage à Corinthians. Six mois plus tard, près de soixante-dix millions d’euros sont dépensés pour attirer plusieurs joueurs tels que Mehdi Carcela Gonzalez, Balazs Dzsudzsak, Yuri Zhirkov, mais surtout Samuel Eto’o.  

Samuel Eto'o signs for Anzhi Makhachkala - Planet Football

En signant Samuel Eto’o, l’Anzhi Makhachkala semble enfin reconnu à sa juste valeur et commence à être pris au sérieux. De son côté, Samuel Eto’o devient le footballeur le mieux payé au monde avec un salaire annuel de 21 millions d’euros. Lors de cette première saison, l’Anzhi Makhachkala termine à une cinquième place historique, synonyme d’Europe. Au cours de l’intersaison, le club se renforce avec les arrivées de Lacina Traoré et Lassana Diarra, tandis que Roberto Carlos prend sa retraite. Entre temps, Guus Hiddink avait pris la tête de l’équipe première, Kerimov ayant confiance en son expérience pour mener le club le plus loin possible sur la scène nationale et continentale.  

La saison 2012/2013 fut incontestablement la meilleure de l’histoire du club. Sur la scène européenne, L’Anzhi ne fait qu’une bouchée du Budapest Honved (5-0), du Vitesse Arnhem (4-0) et de l’AZ Alkmaar (6-0) en qualification afin de se hisser en phase de groupe où ils terminent deuxième à égalité avec Liverpool, premier, et les Young Boys Berne, troisième.  

Des phases de groupes marquées notamment par la victoire historique des russes face aux Reds (1-0). Emmené par Willian, tout juste recruté pour 35 millions d’euros en provenance du Shakthar, les hommes de Guus Hiddink s’imposent contre Hanovre (4-2), avant de tomber contre Newcastle suite à un but de Papiss Cissé qui crucifie les russes dans les dernières secondes du temps additionnel. Un parcours qui reste toutefois mémorable, tout comme sur le plan national, où Makhachkala termine sur le podium pour la première fois de son histoire. Une saison qui se terminera toutefois avec de nombreux regrets à la suite de la défaite en finale de coupe de Russie aux tirs aux buts face au CSKA Moscou.  

L'Anzhi se paye Liverpool / Ligue Europa / 4e journée / Anzhi ...

Icare.

Ainsi, cette saison promet à l’Anzhi Makhachkala un avenir radieux au sein du paysage footballistique russe, et européen. De plus, la toute nouvelle Anji Arena, d’une capacité de 26 000 est sur le point d’être inaugurée alors que le club est contraint de jouer ses matchs européens à Moscou, la région du Daghestan ayant été déclaré trop dangereuse par l’UEFA. Il ne semble ainsi être qu’une question de temps avant que Guus Hiddink n’obtienne son premier titre. Malheureusement, Icare a volé trop près du soleil, et s’est brûlé les ailes.  

Arrivé un an et demi plus tôt, Guus Hiddink démissionne de son poste d’entraîneur, affirmant qu’il « avait toujours dit qu’il partirait lorsque le club serait capable de se développer tout seul ». Toutefois, son départ provoque l’effondrement de l’effectif et le départ de la majorité de l’effectif. Arrivé six mois plus tôt, Willian rejoint Chelsea, tandis que Moubarak Boussoufa, Lassana Diarra, Yuri Zhirkov, Christopher Samba, Joao Carlos, Mehdi Carcela Gonzalez et surtout Samuel Eto’o s’envolent également vers de nouveaux horizons. Pire encore, Alekansdr Kokorin et Igor Denisov quittent le club respectivement 36 et 45 jours après leur arrivée. 

Who Will Contribute More at Chelsea: Samuel Eto'o or Willian ...

Les raisons de ces départs sont, à l’heure actuelle, toujours floues. Certains affirment que Suleiman Kerimov se serait lassé du football après n’avoir obtenu qu’une troisième place malgré un investissement de plus de 300 millions d’euros. D’autres affirment que le milliardaire était tombé malade et avait perdu une grande partie de sa fortune, l’obligeant ainsi à réduire la masse salariale du club (qui fut réduite de plus de 40 millions d’euros). 

La raison la plus probable reste cependant celle du scandale financier de la société Uralkali, codétenue par Suleiman Kerimov. Suite à une rupture d’accord commercial avec un partenaire biélorusse, le marché mondial de l’engrais s’est effondré et la société d’engrais a perdu 5.5 milliards d’euros de valorisation boursière du jour au lendemain. Suleiman Kerimov possédait alors un mandat d’arrêt biélorusse. En ce qui concerne les raisons officielles déclarées par le club, un simple communiqué déclare qu’“Après avoir analysé les récents résultats sportifs du club, la décision a été prise de travailler sur une nouvelle stratégie à long terme pour le club.” 

Le conte de fée était terminé, et l’ambitieux projet de l’Anzhi Makhachkala laissa place à la longue liste des investisseurs ayant mené un club à sa perte. La saison 2013/2014 fut un cauchemar, l’Anzhi ne décrochant sa première victoire qu’après vingt journées et finit la saison comme pire équipe parmi l’ensemble des premières divisions européennes avec seulement vingt points obtenus. Si l’Anzhi parvient à remonter immédiatement en première division, le club n’a plus aucun intérêt pour Suleiman Kerimov, qui vend le club en décembre 2016 à Osman Kadiev.  

Nous avons fait beaucoup d’erreurs. Mais c’est normal. Nous avons été pressés par les ambitions du propriétaire et nous n’avions pas le temps de construire chaque détail comme il se devait de l’être. L’équipe vivait presque dans un avion (tous les joueurs vivaient à Moscou et ne venaient à Makhachkala que pour jouer les matchs à domicile, ndlr), ce qui a détruit beaucoup de choses, vous pouvez l’imaginer. Pour diriger une équipe avec des personnalités si différentes quand ils viennent si soudainement – vous avez besoin de temps, mais personne ne nous a donné le temps. Il y a eu beaucoup d’erreurs, mais pas de regrets.” 

German Chistiakov, ancien directeur général du club.

https://punditfeed.com/wp-content/uploads/2019/06/FC-Anzhi-Makhachkala.jpg

Osman Kadiev, le Tonton Flingueur.

Ancien président du Dynamo Makhachkala, Osman Kadiev est un de ces personnages folkloriques typiques du football de l’Est. Ayant fait sa fortune dans le casino, il fut arrêté en Bulgarie en 2002 sur mandat du FBI, qui l’avait désigné comme l’une des personnes les plus recherchées car étant le troisième membre le plus éminent de la mafia russe à l’étranger. Il était également accusé – entre autre – d’utiliser un faux nom lorsqu’il voyageait. Trois ans plus tard, alors président du Dynamo Makhachkala, il menace de tuer un arbitre en plein match avant de se rendre dans le vestiaire des arbitres à la mi-temps avec ses gardes armés. Quelques mois plus tard, Osman Kadiev s’est tout simplement attaqué à plusieurs joueurs du Kuban Krasnodar en se rendant dans leur vestiaire à la mi-temps. Un incident qui lui valut une suspension d’un an de toute activité liée au football en Russie.  

President meets head of Makhachkala, Official site of FC "Anji"

Sur le plan sportif, l’arrivée d’Osman Kadiev n’était pas plus rassurante. Son aventure à la tête du Dynamo avait pris fin avec la dissolution du club en 2007 après s’être vu refusé une licence professionnelle. Il quitta le football russe pour la Moldavie où il acheta le FC Nistru Otaci, qui fut également dissous quelques années plus tard, en 2013.  

Après deux ans et demi de présidence à l’Anzhi Mkahachkala, Osman Kadiev ajouta un troisième club à son palmarès de relégation administrative. Après avoir flirté avec les barrages durant deux ans, l’Anzhi Makhachkala est relégué en deuxième division russe à l’issue de la saison 2018/2019. Toutefois, avec 25 millions d’euros de dettes, le club n’obtient pas de licence professionnelle et est relégué administrativement en troisième division. Toute l’équipe est libérée, et l’effectif est désormais composé uniquement de jeunes de l’académie. Lors de l’arrêt des championnats en mars dernier, l’Anzhi se trouvait avant dernier, avec seulement trois victoires en dix-neuf rencontres.  

Caucasian Knot | Dagestani journalists associate collapse of "Anji ...

Suleiman Kerimov, président exigeant ou pure folie 

Au cours de sa période en tant que président de l’Anzhi Makhachkala, Suleiman Kerimov a surpris de nombreuses fois, notamment suite aux départs de certains joueurs quelques mois, parfois même quelques semaines après leur arrivée.  

C’est le cas notamment d’Abdul Razak, qui quitta le club quatre mois après son arrivée, de même pour Balazs Dzsudzsak, Vadim Demidov et Willian (six mois), ou encore Aleksey Ionov (deux mois). La palme d’or revient toutefois à Aleksandr Kokorin et Igor Denisov, restés respectivement 36 et 45 jours au club lors de l’été 2013… 

Suleiman Kerimov ne se limitait pas seulement aux joueurs. Ancien entraineur du Lokomotiv Moscou, Yuri Krasnozhan signa un contre de cinq ans en janvier 2012 avant d’être limogé six semaines plus tard, tout en n’ayant pas disputé la moindre rencontre officielle. Guus Hiddink, son successeur, deviendra l’entraîneur le mieux payé au monde avec 10M annuel. Suite au départ de ce dernier lors de l’été 2013, Kerimov nomma l’ancien adjoint de Sir Alex Ferguson, René Meulesteen, qui sera finalement renvoyé au bout de…16 jours

René Meulensteen on life at Man Utd: 'The best job in the world ...

Autre fantaisie du milliardaire russe, pour son premier match en tant que président, l’Anzhi Makhachkala affronte le Zenith Saint Petersburg en Coupe de Russie. Toujours pour The Blizzard, Miro Slavov témoigne le surprenant discours de Kerimov à l’équipe la veille de la rencontre : “La veille du match, Kerimov est entré dans le vestiaire et a dit aux joueurs : « Si vous gagnez ce match, je vous donnerai un million de dollars, pour vous répartir entre l’équipe comme vous voulez », J’avais 20 ans et je n’avais aucune expérience, je faisais mes débuts. C’était dingue. Nous avons perdu 3-2, c’était un match serré !”  

Malgré avoir eu sa part de responsabilité dans la descente du club dans les abysses de la pyramide footballistique russe, Suleiman Kerimov reste apprécié au sein de la communauté de supporters de l’Anzhi. Pendant une brève période, il a permis à toute une région de rêver, d’avoir du divertissement et de s’échapper du douloureux et dangereux quotidien. Lors de la relégation administrative du club, un des groupes d’ultras du club publia un poignant communiqué à l’attention de Suleiman Kerimov, dont la demande resta malheureusement sans réponse.  

“Cher Suleiman, nous, compatriotes, fans du club de football Anzhi, patriotes de notre pays natal, des gens pour qui les mots Anzhi et Daghestan sont synonymes, vous écrivent. Nous sommes tous différents, et nous avons soutenu le club à des moments différents : quand le club était riche et pauvre, dans les années difficiles et dans les bonnes années. Mais il y a quelque chose qui nous unit. Pour nous tous, le FC Anzhi fait partie intégrante de notre vie et de notre âme. Par conséquent, nous vous demandons de prendre à nouveau le club sous votre aile et de ne pas le laisser mourir éternellement.”  

Ainsi, nul ne sait ce que serait devenu l’Anzhi Makhachkala sans son implosion lors de l’été 2013. Il ne semblait être qu’une question de temps avant que le club ne parvienne à remporter un titre. Toutefois, dans une région aussi dangereuse que le Daghestan, où les joueurs ne pouvaient même pas y vivre, était-il sain de construire un projet à long terme, avec le sentiment de jouer à l’extérieur tout au long de la saison ? Dans tous les cas, Kerimov peut se féliciter d’avoir rempli son objectif premier, qui était de mettre la lumière sur le Daghestan. Désormais, l’Anzhi est prêt à faire table rase du passé, de renaître de ses cendres et de construire son avenir avec les jeunes du centre de formation, mis en place quelques années par Suleiman Kerimov, et est ainsi le dernier vestige d’une époque révolue. Ce soir, pour le compte du premier tour de la coupe de Russie, l’Anzhi affrontera le FC Makhachkala, club créé par la fédération de football du Daghestan en 2019. Une nouvelle preuve de la volonté du Daghestan de revenir sur le devant de la scène footballistique russe.  

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.